L’art troublant de la photographie mortuaire

Categories:Actualités
Lady Cataclysm

Prendre en photo  un proche  après sa  mort peut sembler morbide pour notre sensibilité moderne .
Mais dans l’Angleterre victorienne, c’était une manière de commémorer les morts et d’adoucir le chagrin .

Les familles avaient souvent beaucoup d’enfants , il était également courant qu’ils meurent avant leur cinquième anniversaire. Sur cette photographie , le plus jeune enfant est mort ,il est appuyé contre un support pour la prise de vue .

Sur les images qui sont à la fois troublantes  et étrangement poignantes , les familles posent avec les morts , les nourrissons semblent endormis , et les jeunes femmes tuberculeuses élégamment inclinées , comme si la maladie n’avait pas seulement pris leur vie , mais aussi intensifié leur beauté …

La vie victorienne a été imprégnée de la mort . les épidémies comme la diphtérie , le typhus et le choléra ont marqué le pays… Et, à partir de 1861 , le Deuil de la Reine mis ce dernier à la mode …


Les photographes devaient faire de longues  séances de pose du  fait que les morts (à cause de leur immobilité)  avaient  souvent l’air plus “net” que les vivants, légèrement flous . 

Les studios de photos prenaient des photos “memento mori” et les imprimaient sur des cartes , afin que les personnes endeuillées puissent offrir à leurs amis et relations .

Dans certaines occasions , les yeux étaient peints sur la photo après son développement , afin donner au défunt , un air  » plus vivant  » (à gauche ) alors que dans d’autres cas , la mort était bien plus évidente …


Les babioles de » memento mori « (qui signifie littéralement “rappelez vous que vous devez mourir” ) prenaient  plusieurs formes ,et existaient bien avant l’époque victorienne: des mèches de cheveux coupés des morts étaient arrangés  et portés dans des médaillons et des anneaux , des masques mortuaires ont été réalisés  dans la cire , et des représentations , et les symboles de la mort sont apparus dans des peintures et des sculptures .

Mais au milieu des années 1800 , la photographie est devenue de plus en plus abordable et populaire, imposant le Memento mori comme portrait photographique.

La première forme de photographie qui avait du succès , le « daguerréotype » , une petite image très détaillées sur de l’argent poli , était un luxe très coûteux , presque aussi coûteux que de se faire faire un portrait peint , qui était auparavant , le  seul moyen de posséder une image durable de quelqu’un.

Comme le nombre de photographes augmentait, le coût du daguerréotypes est tombé .Des procédés moins coûteux  ont été introduits dans les années 1850 , comme l’utilisation de métal fin  , du verre  , ou du papier plutôt que de l’argent .

Sur cette photo , l’un des jumeaux est mort  , tandis que l’autre a survécu.Le bébé décédé est ici entouré de fleurs ..


Deux petites filles posent avec leur maman morte , tandis qu’un père victorien, pleure son bébé.
Sur la photo de droite , les joues de la mère ont été colorées , tandis que son bambin défunt est resté pâle …


L’ensemble de la maison , y compris le chat , est réunie autour d’un enfant mort allongé sur le  sol , comme s’ il dormait …


Le portrait mortuaire  est devenu de plus en plus populaire. les nurseries victoriennes étaient en proie à la rougeole , la diphtérie, la scarlatine , la rubéole – qui pouvaient toutes  être fatales. C’était souvent la première fois que la famille pensait à faire faire une photo , c’était alors aussi la dernière chance de posséder une image ressemblante , d’un enfant adoré.
Comme les progrès des soins de santé ont amélioré l’espérance de vie des enfants , la demande de photographie mortuaire a diminué.
Puis l’avènement de la photo instantanée a sonné le glas de l’art ,  la plupart des familles pouvaient maintenant avoir des photos prises « du vivant » .

Maintenant , les images de ces hommes, femmes, et enfants , contenant stoïquement leur peine, afin de préserver la ressemblance d’un être aimé parti trop tôt, continuent à faire vivre leur nom.

Mémento mori : souviens toi que tu dois mourir …





The following two tabs change content below.

Lady Cataclysm

Nostalgique d'un esthétisme qui n'est plus , J'aime m'entourer de vieilles choses, sentir les effluves des vieilles boites , faire renaître les choses oubliées , le chic désuet des bibis ,les réveils cabossés , les montres de goussets , tout ce qui rappelle que les choses ont une âme et qu'il n'appartient qu'à nous de les ressusciter ....

Commenter sur Facebook