Memories of Retrocity – Bastien Lecouffe Deharme, alias « B. »

Ce qui surprend d’emblée dans l’univers de B. et de la Corporation qu’il a créée, c’est la fusion (et non pas la naturelle dichotomie) entre la chair et la matière. Alors qu’ils devraient se heurter, se blesser, les corps et les objets ne font plus qu’un. L’humain n’influe plus. Tombé de son pied piédestal, il s’est terré, invisible, cerné de matière sans vie devenue omniprésente, omnipotente. La technologie s’est développée à un tel point qu’elle en étouffe l’organique.