Explorations dans les racines du steampunk français. Exposition 2 : le Surréalisme et les Dada

Ce que le progrès peut donner, il peut également le reprendre, comme lors de la première guerre mondiale, quand l’innovation ne servait qu’à améliorer l’efficacité des tueries. Les armes à feu automatiques et de longue portée, les mines, et les armes chimiques tout juste introduites, ont assassiné des millions de jeunes européens, neuf millions jusqu’en 1918, pour être exact. La vie était devenue jetable et la propagande nationaliste a ignoré nonchalamment tous les corps qui se trouvaient sous les drapeaux.

La cartographie émotionnelle du Londres Victorien

Un laboratoire de recherche à Stanford a mis en place un algorithme permettant de rapprocher littérature, émotion, et géographie. Le projet semble plutôt fou de prime abord, mais il est finalement très simple : en reliant des extrait de la littérature à des lieux auxquels ils font références, on peut dessiner les lignes générales d’une sorte d’émotion collective qui serait propre à chaque lieu.

Explorations dans les racines du steampunk français. Exposition 1 : le Symbolisme

Le mouvement Symboliste est apparu pour sauver l’individu du Positivisme, cette philosophie populaire qui exigeait que le monde ne soit explicité et amélioré que par la raison scientifique et la technologie. Comme le décrit le poète Gustave Kahn: «Il est évident que ces gens-là sont seulement à la recherche de ressources, et la source des rêves se tarit.»

16 mars 1915 : Quand la France interdisait l’absinthe

Le 16 mars 1915, la loi sur l’interdiction de l’absinthe est promulguée. Après des années de joutes verbales entre moralisateurs, concurrents et défenseurs de la « fée verte », les ligues antialcooliques et les syndicats viticoles français gagnèrent leur pari : faire interdire purement et simplement la production, la vente et la consommation d’absinthe en France.