Les conseils lecture du comité de rédac’ (été 2019)

Miss Chatterton

L’été va s’achever et vous êtes en panne de lecture ? Pas de panique ! Le comité de rédaction de French-Steampunk est là pour vous !

 

Les romans ne sont pas votre tasse de thé ? Cendrine Calliopé, vous propose de lire ou de relire l’intégrale de Princesse Sara de Audrey Alwett  (et Nora Moretti au dessin, Claudia Bocatto et Marina Duclos à la couleur), en bande-dessinée parue aux éditions Soleil.

L’avis de Cendrine : Avec plus de 250 000 exemplaires vendus à ce jour, Princesse Sara est une série de BD qui a fait ses preuves. Très librement adaptée du roman de Frances H. Burnett, A Little Princess, cette série de steampunk raconte les aventures de Sara, jeune orpheline, qui, après avoir tout perdu, défie l’autorité avec fierté. Celle qui décide de devenir en elle-même une « Princesse », ne le fait pas au nom d’un titre de noblesse, mais par l’imaginaire baroque, plein de grandeur et de noblesse d’âme, qu’elle s’en fait. Au fil des cycles, Sara devient ingénieure dans une fabrique d’automate, puis cheffe d’entreprise, illustrant par-là même la volonté d’empowerment des autrices.  La série a reçu de nombreux prix  comme le Prix Album Jeunesse du Festival de Lys-lez Lannoy, prix Coup de Coeur de la Municipalité de Longvic, Prix Meilleur Album Jeunesse au festival de Rive-de-Gier. Si vous souhaitez en savoir plus, la série dispose d’une page facebook, et a fait l’objet de plusieurs chroniques dont sur Planète BD et Mademoizelle.com. (Retrouvez les autres articles écrits par Cendrine Calliopé ici)

 

Si vous cherchez une lecture steampunk plus classique, Delphine, vous invite à vous replonger dans le roman de Johan Heliot : La lune seul le sait, premier tome de la trilogie de la lune, aux éditions Mnémos (ou Folio SF) et un des premiers romans steampunk français.

L’avis de Delphine : Johan Héliot nous propulse au printemps 1889. Les Iskhis des sélénites (habitants de la lune donc) entrent en contact avec la terre lors de la clôture de l’exposition universelle de Paris. Une alliance s’instaure et les Iskhiss mettent à disposition de l’Europe une technologie hyper avancée. 10 ans ont passé et l’Europe s’est considérablement transformée grâce à ce pacte. Mais qui dit technologie avancée, dit prise de pouvoir et asservissement du peuple. C’est bien ce qu’a entrepris Louis Napoléon. Alors les intellectuels exilés organisent la révolte. Et voilà Jules Verne dans son propre rôle, missionné par un Victor Hugo chef de file de la résistance. L’objectif : aller sur la lune noyé dans un groupe de journalistes pour aider les révolutionnaires. Car sur la face cachée de la lune Napoléon II a créé une prison qui renferme tous les dissidents. Jules Verne y retrouvera ainsi Louise Michel, figure emblématique de la commune de Paris. Réécrivant l’histoire, Johan Héliot en reste néanmoins dépositaire en créant dans sa trilogie un passé qui aurait pu être. L’uchronie est ici clairement maîtrisée avec son cortège de personnages célèbre qu’on se plait à croiser. On sent que Johan Héliot se régale à réécrire la grande histoire et il le fait pour notre plus grand plaisir. (Retrouvez les autres articles écrits par Delphine ici)

 

Arthur Morgan quant à lui vous propose deux coups de coeur : Célestopol de Emmanuel Chastellière (relire son interview ici), un recueil de nouvelles paru aux éditions Libretto en poche et Les éditions de l’instant en grand format, et Effluvium de Didier Graffet, un livre d’art paru aux éditions Bragelonne.

 

Les avis d’Arthur :

Célestopol, de Emmanuel Chastellière : ce recueil de quinze nouvelles vous emmène sur la Lune mais pas n’importe laquelle ! L’astre sélenite est en effet une colonie russe avec à sa tête la magnifique et démesurée Célestopole, ville sous cloche et terriblement steampunk. Hormis les personnages qui s’y croisent et s’y recroisent bien sûr, c’est surtout cette ville qui est mise à l’honneur. On y découvre son côté flamboyant mais également ses bas fonds, ses mystères et ses secrets inavouables. J’avoue pour ma part, avoir eu un coup de coeur pour cette histoire d’automate hors les murs de la cité et la mélancolie qui s’en dégage. Prenez donc la prochaine navette et arpente la Cité sélénite du Duc Nicolas!

 

Effluvium de Didier Graffet : Les éditions Bragelonne ont pris pour habitude de faire du beau en ce qui concerne le Steampunk. Avec Effluvium, ils font maintenant dans le gros. L’imposant format permet judicieusement de mettre en valeur le talent de Didier Graffet qui, une nouvelle fois, vient explorer de son style sublime les rives du Steampunk. L’ouvrage aborde des thématiques recurrentes de son travail : le gigantisme de la machine et les voyages extraordinaires verniennes. Les illustrations sont soulignés par de nouveau les textes de Xavier Maumejean. Un livre à laisser sur la table du salon pour prouver à vos invités que le Steampunk, c’est ouf. (Retrouvez les autres articles écrits par Arthur Morgan ici)

 

 

Enfin, si vous souhaitez lire l’auteure steampunk française du moment primée aux Imaginales des lycéens cette année, je vous conseille pour ma part le roman de Floriane Soulas : Rouille aux éditions Scrineo.

Mon avis : Dans un Paris Belle-Epoque revisité avec un dôme qui protège les plus riches de la pollution et du mauvais temps,  ailleurs dans les bas-fonds, Violante, jeune prostituée sans mémoire, tente de survivre dans le bordel dans lequel elle a été enfermée. Malgré elle, la jeune fille va se trouver mêlée à des crimes perpétrés par un tueur en série qui s’attaque aux plus faibles de la capitale : les enfants des rues et les prostituées. C’est un roman sombre, avec une Belle Epoque réaliste que nous propose Floriane Soulas, mettant en lumière la vie quotidienne du petit peuple et des aristocrates aussi dangereux que des gangsters. En bref, l’histoire d’une héroïne qui s’efforce de s’imposer dans un monde d’hommes dans un univers nécessitant d’avoir le coeur bien accroché. (Retrouvez mes autres articles ici)

 

Toute l’équipe se joint à moi pour vous souhaiter une belle rentrée, pleine de lectures et de découvertes à vapeur. 

N’hésitez pas à proposer en commentaire vos propres recommandations pour ceux qui n’auraient pas trouvé leur bonheur dans notre article 😉

The following two tabs change content below.
Co-rédac chef de French-Steampunk, Fan de mode alternative, littérature et voyage, je vous ramène mes découvertes pleins de vapeur et de dentelles...

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.