La parole aux vaporistes #1 : le costume steampunk

Miss Chatterton

Parce que réaliser son costume steampunk est différent pour chacun de nous, nous avons interrogé des vaporistes afin de connaître leur vision du costume steampunk et leurs secrets de fabrication.

Photo par Sébastien Gourgouras

Angia de V-SteaMental, Vaporiste depuis plus de 4 ans et à moitié cosplayeuse. 

 » Pour moi le steampunk c’est du rétrofuturisme, peu importe la culture (européenne, asiatique, orientale…).

Il se trouve partout quand on y fait attention : Brocante, Emmaüs, Croix rouge, internet, même chez les grands parents !

Je suis admirative devant quelqu’un qui fabrique son costume et ses accessoires bien sûr, mais je ne suis pas fermée à ceux qui l’achètent.  Il faut une certaine harmonie pour avoir une belle composition customisée.

Je préfère fabriquer le maximum de choses sur mes costumes, notamment le dernier où tout de la tête aux pieds a été fait par mes soins, même les bijoux.

Je porte essentiellement mes costumes pour les conventions, shooting photo, petits événements entre steamers, des spectacles, des concours, des expositions. Mais mon but premier est de me permettre de créer et d’ émerveiller les autres.

Je ne pourrai pas être en steampunk tous les jours, déjà par rapport à mon travail mais aussi car mes costumes sont bien trop spécifiques. Cependant j’ai quelques touches steampunk dans mes bijoux et vêtements mais ça se rapproche beaucoup du vintage.

Mes costumes ne racontent pas forcément une histoire mais un univers, une époque et une culture ou une croyance. Je fais essentiellement des costumes steampunk à thème (Sirène, Guerrière du désert, Aviatrice de Zeppelin, Freak Show, Egyptien, Cow boy…). Je représente toujours le personnage quand je porte le costume, je me déplace et pose comme je l’imagine être. J’aime les mises en situation et mes spectacles et concours sont toujours en lien avec son univers.
Par exemple, pour mon personnage de la Circus, je suis une Mme Loyale complètement folle rappelant l’époque des Cirques à monstres.

Je suis toujours accompagnée de ma binôme SteamTease.

Les costumes peuvent et doivent toujours évoluer, surtout si on souhaite les reporter. Je n’aime pas porter trop de fois mes costumes, alors je les améliore ou je passe à autre chose.

Pour les débutants, je vous conseille fortement de commencer par un thème puis petit à petit d’écrire vos idées et de dessiner vos costumes. Et ouvrez l’oeil il y a des trésors partout ! »

Photo par Déclic Shot Photography

Lady Chapillon, Vaporiste depuis 2008, créatrice de Steampunk.fr et du Petit Vaporiste, issue de la reconstitution historique, du milieu Métal, du Pagan et de la Fantasy.

« Le costume steampunk est pour moi un énorme espace de création et de liberté. Il sert à se sentir bien : bien dans ses fringues de tous les jours si c’est votre vision, bien lors des rencontres, sorties et autres festivals dans l’ensemble cohérent que vous avez créé.

Je considère que le costume, et la démarche qui vont avec, sont personnels. Vêtement du quotidien ou costume des grandes occasions, ça ne regarde que vous. Le plus important est, je crois, d’imaginer son costume, de le projeter. Les inspirations peuvent être littéraires, issues d’illustrations, du cinéma ou historiques. Peu importe après si les pièces qui le composent sont intégralement faites main (par soi ou un artisan), issue de la grande distribution puis adaptées, chinées ou un mélange de tout cela. A noter toutefois que j’ai le plus grand respect pour la création et les créateurs, mais chacun a ses limites et cela ne doit empêcher personne de prendre du plaisir.

En ce qui me concerne, je me situe au milieu :

Dans une démarche éthique, je porte au quotidien des jupes de la clef rouillée, longues, qui me donnent une silhouette ancienne. Hauts et pulls sont issus de la grande distribution ou de petits créateurs et peuvent, ou non, avoir une forme qui rappelle l’univers steampunk. J’essaye de porter un maximum de tissus d’origine naturelle qui, je pense,  jouent sur le rendu de l’ensemble.

Mais j’ai aussi plusieurs costumes steam, qui sont de la customisation de prêt à porter, du fait maison (malgré mon faible niveau de couture) ou des vêtements de créateurs (La Clef rouillée, Elphaï, My Oppa).

J’aime qu’un costume me raconte une histoire… c’est dans cette logique là que j’ai conçu ma fée verte. Franc-comtoise d’adoption, je suis dans LA région française de l’absinthe, entre Fougerolles et Pontarlier. J’ai toujours autant apprécié la Féerie que le Steampunk. La fée verte était donc une évidence pour moi. J’ai eu plusieurs versions de ce costume. Je me suis toujours beaucoup inspirée des vêtements historiques, en détournant les codes. Au départ, j’ai cousu une jupe et un veston que j’ai mis avec un jupon et un haut de prêt à porter. Le corset en cuir a été fait par mon amoureux et la coiffe par moi. J’ai plus tard bricolé un costume d’allaitement. La dernière version a été faite par La Clef Rouillée.

Si je n’ai qu’un conseil à vous donner c’est :  amusez vous ! Laissez de côté la critique facile et le jugement. Pour cela on a le quotidien et son lot de blaireaux. Créez, innovez ou au contraire jouez avec les stéréotypes. Faites évoluer votre costume, enlevez des choses, ajoutez en, recommencez. Construisez quelque chose de cohérent qui vous ressemble, et qui est votre propre interprétation de cet univers mal défini. »

Eidolon de l’Envers, Vaporiste depuis 2015.

« Pour ma part, un costume steampunk doit représenter un certain esthétisme, mélange de style années 1900 et de technologies rétrofuturistes.

Je diviserais sa réalisation en deux parties :

  • J’achète les vêtements de mes tenues dans des boutiques non spécialisées que je customise ou accessoirise pour deux raisons : la première, je suis nulle en couture, la seconde, étant assez forte, il m’est difficile de trouver des tenues steampunk grande taille. J’achète également mes chapeaux, qu’il m’arrive de personnaliser, chez de petits créateurs afin de favoriser l’artisanat.
  • Pour l’accessoirisation de mes costumes, j’utilise des objets du quotidien, chinés d’occasion ou en brocante que je détourne, modifie, repeint et transforme de façon à ce qu’ils correspondent à ce que j’ai imaginé pour mon personnage. Par exemple, une caisse à vin d’occasion, une lampe d’ambiance, un tuyau de douche et un pistolet en plastique sont devenus l’arme principale de mon capitaine pirate.

Le costume, qu’il soit dans le domaine du steampunk, du cosplay ou autre, est un moyen intéressant de rapprocher les gens et de les unir autour d’un même intérêt. Pour ma part, je porte principalement mes costumes lors de festival ou de convention. Cela m’a permis de faire de belles rencontres.

Au quotidien, il m’arrive de porter des tenues accessoirisées d’éléments steampunk mais de façon très légère comme des bijoux. Porter tous les accessoires de mes costumes au quotidien serait plutôt contraignant et inadapté à mon métier.

Bien qu’il m’arrive de porter des tenues purement esthétiques, je trouve plus intéressant d’incarner un personnage avec un costume, une histoire et un univers qui lui est propre.

Mon personnage le plus abouti est la Capitaine Eidolon de l’Envers, la rose sanglante des océans.

J’ai également plusieurs autres projets de costumes en cours, notamment une chasseuse de créatures magiques, d’inspiration tzigane.

Personnellement, je pense qu’un costume n’est jamais terminé et est en constante évolution. Par exemple, ma pirate ne cesse d’évoluer, et j’ai encore plein de projets pour elle, même si parfois j’ai l’impression d’en avoir fait un peu le tour.

Si j’avais un conseil à donner à quelqu’un qui débute, je lui dirais d’être inventif et imaginatif, de laisser libre cours à ses idées, aussi saugrenues ou folles soient elles. Soyez créatifs, ingénieux et ne vous cantonnez pas à de banals clichés. »

Nylh, Créatrice des Légendes d’Azcor, Vaporiste depuis 2012.

« Pour moi, un costume steampunk est une tenue qui comporte un ou plusieurs éléments relatifs au steampunk, la plupart du temps utilisant des codes visuels ou couleurs spécifiques ou ayant un esthétisme se rapportant à la fin du 19ème / début 20ème (tous pays confondus).

Je n’ai rien contre un costume 100 %  acheté si on y retrouve la patte de celui qui le porte. Chacun fait selon ses capacités.

Concernant sa provenance, on va dire que je prêche pour ma paroisse, mais je pense qu’il est mieux de l’acheter à de petits créateurs s’il s’agit d’une tenue complète ou d’un corset. Pour ma part, je crée mes grosses pièces moi même, mais je chine beaucoup pour trouver des jupons anciens et des accessoires. Cependant, étant très grande et fine, les blouses et les chemisiers viennent de boutiques classiques ou de la seconde main.

Avant toute chose, le costume sert à se faire plaisir. C’est pour soi qu’on le porte, parce qu’on en a envie et qu’on se sent bien dedans. Je fais une grande différence entre mes gros costumes et mes tenues classiques. Elles n’ont ni la même portée ni le même esprit. Mais que le costume soit porté uniquement en convention ou qu’on veuille en faire son style au quotidien n’a pas tant d’importance que cela.

S’il est porté dans la vie de tout les jours, il convient de rester logique. Certaines choses sont plus difficiles à porter que d’autre. La robe à tournure et le corset pour aller faire ses courses ou pour s’asseoir dans le bus ne sont pas des plus confortables. Préférez une tenue plus « légère » et facile à porter et à laver et garder vos costumes plus travaillés pour les grandes occasions et où vous risquerez moins de les abîmer. J’ai quelques tenues d’inspiration steam que je porte au quotidien. J’aime particulièrement porter une reproduction de combinaison pantalon du 19ème que j’ai cousu avec une ceinture corset à poches qu’on m’a offert et des bottines. Et puis j’ai ma multitude de jupons anciens que je porte avec chemisier, jabot, camée et accessoires.

Mes gros costumes racontent une histoire, ils sont l’identité de mes personnages alors que mes tenues quotidiennes sont justes jolies et me plaisent à porter. Je les appelle mes « armures de dentelles »

J’aime à ce qu’un costume soit fini… pour en commencer un nouveau, c’est surtout parce que j’ai une multitude de personnages aux garde robes bien fournies. Mais je pense qu’un costume peut évoluer avec le temps, au fil des trouvailles et des compétences acquises. Tout dépendra de l’histoire de ce costume.

Ce que je peux donner comme conseil, c’est de se faire plaisir, de penser, imaginer, rêver son costume, aller dans les détails et leur donner du sens, fouiller, chiner, essayer.

Le costume steampunk est un champ de liberté pour la création. N’hésitez  pas à sortir des sentiers battus si vous en éprouvez l’envie et surtout, n’ayez pas peur du regard des autres. »

Wilfried Séret, Alias « Le Dolliste », Vaporiste depuis « il y a fort longtemps », Gagnant 2015 du concours de costumes steampunk catégorie Hommes à Geekopolis.

« Un costume Steam, pour moi, c’est une tenue dont on reconnait la base 1900, puisque c’est le point de départ. Après, je dirais que tout est permis, du moment qu’il y a une cohérence dans la tenue.
 
Je pense principalement qu’il doit être fabriqué.  La devise du Steam, c’est quand-même :  « Do it yourself »!  Et s‘il est acheté, il devrait être personnalisé par des accessoires, achetés où fabriqués.
 
A mon avis, il est important d’effectuer un minimum de travail de recherche pour une tenue Steampunk convaincante. Ce serait mon premier conseil à un vaporiste débutant pour créer son costume. 
Après, peu importe où l’on se fournit.  Pour ma part je confectionne essentiellement toutes mes tenues. Parfois, j’y ajoute des vêtements du commerce pour des bases (chemise, pantalon, chaussures car plus difficiles à fabriquer ),  parfois de la récup’ (foulards, cravates…).
J’achète ce que je ne sais pas faire moi même : chapeau, accessoires en cuir, … et je regarde chez les créateurs, pour les bijoux surtout.
 
Le costume à quoi sert-il ? Tout dépend de ce que l’on veut en faire.
Je me base sur la façon de procéder, je réalise toujours des choses assez extravagantes, pour le plaisir de les réaliser. Chaque nouveau projet est plus ou moins un défi.
Je les porte essentiellement sur des conventions, sorties ou soirées, ou pour des shootings photos.
Si on veut porter son costume au quotidien, je dirais de faire sobre, mais comme ce n’est pas mon cas, je n’ai pas de conseils à donner à ce niveau.

Le costume peut être simplement esthétique, c’est le cas pour certaines de mes tenues, mais je pense qu’il est plus intéressant d’y intégrer un personnage ou une histoire. Ce serait mon deuxième conseil à un vaporiste débutant.
 
Pour le mien, mon personnage s’appelle le «  »Dolliste » car j’étais collectionneur de poupées avant d’arriver dans le Steam, et on s’appelait comme ça dans notre communauté. 
Ayant un peu de mal à imaginer mon premier costume, je me suis basé sur ce que j’étais déjà de manière exagérée. Donc, j’ai à la fois un personnage et une version améliorée de moi. Mais ça, c’est pour mon cas !
C’était mon concept de base, mais au fil du temps je me suis plus penché sur l’esthétique que sur le personnage, même si je garde toujours plus ou moins une trame.  

Un costume à mon avis peut ne jamais être terminé.  Il est tout à fait possible de le faire évoluer, ce qui m’arrive souvent pour plusieurs raisons : le manque de temps ou d’idées pour le finir, de nouvelles idées,  une pièce  à revoir ou à refaire en mieux…
Pour mon corset par exemple, la pièce s’est imposée à moi au fil du temps.
A la base, mon costume avait une particularité : la présence d’un coeur mécanique.
La première version était un mécanisme un peu grossier posé un peu à plat sur ma tenue.  On m’avait dit que l’idée était sympa mais faisait un peu « truc posé là ». Bref, cela manquait un peu de relief…
J’ai cherché une façon de lui donner un aspect un peu plus incrusté, et l’idée m’est venue de l’intégrer dans un corset. Depuis, le corset me suit, avec ou sans le coeur.  
La présence du corset est donc justifiée dans mon costume. Il est pas juste là pour dire : « tenez, j’suis un mec et je porte un corset ! » J’avoue qu’il y a un peu de ça aussi car cela correspond à ma personnalité et au côté extravagant de ma tenue. C’est une pièce très esthétique qui m’a demandé beaucoup de travail, donc j’aime la montrer. Mais à la base, cette pièce est là pour une bonne raison, elle trouve une cohérence dans mon costume.
 
Mon dernier conseil aux débutants, celui de base je pense, c’est d’abord penser à un personnage, une ambiance ou une histoire, une première idée qui va vous donner la matière pour créer. Puis choisir le type de vêtement, la couleur, les matières, la silhouette, les accessoires…
Il est très difficile de savoir où l’on va quand on se dit juste : je veux une tenue Steam parce que c’est classe ! Si c’est votre cas, achetez du tout fait et on n’en parle plus. En général, les adeptes de cette pratique le font une fois où deux et passent à autre chose.
 
Une fois votre idée de base en tête, commencez la recherche en gardant une référence historique pour rester dans le style.
Rien ne vous empêche d’explorer une autre époque, mais selon moi, le Steam doit conserver sa base 1900. Et pensez surtout à la cohérence de vos accessoires.
Tout est permis.  Votre seule limite, c’est l’imagination. »

Cathy Lacointe, alias Lady Cataclysm, Artisan d’Art bijoutier et chroniqueuse chez French Steampunk.

« Je suis vaporiste depuis quelques années , Punk depuis toujours.

Je m’habille steam au quotidien, et pratique le cosplay plus historique pour le fun lors de Salons ou conventions.

Fabriquer son costume soi-même? Pas forcément.  Je fabrique mes accessoires moi-même : des bijoux évidement mais aussi des chapeaux. Je chine pas mal, puis je modifie les vêtements : j’achète des pièces vintages ou des pièces classiques que je détourne et customise. Mais la plupart du temps j’achète à des créateurs pour ce qui est des pièces importantes, comme les vestes , manteaux , robes. Pour les créateurs je porte essentiellement des vêtements provenant de chez Malam et Anne Sophie Tonniazzi, aussi un peu de Lillee mack pour ses imprimés fous et du Zawann.

Je porte des vêtements steam au quotidien,  je m’amuse avec les codes et les look en les mixant aux vêtements de notre époque, comme le Jean.

Voici quelques uns de mes looks :

Sage avec corsage victorien  en dentelle et gilet sous poitrine,  sur un jean ou un pantalon de velours, et des bottines à talons hauts.

Un peu moins sage :  un  haut en dentelle et corset ou serre taille, une veste moderne de créateur souple « queue de pie » ouverte sur un slim noir, et bottines à talons hauts .

Plus Rock :  chemise blouse, serre taille sur jean, bottes hautes.

Plus Wild wild west :  jupons asymétriques en superpositions  avec  serre taille, haut blouse, bottines et bas en crochets.

Plus punk :  des gantelets dentelle noire, un gilet queue de pie  sur slim noir déchiré  avec des bottines stylées.

Je m’amuse aussi avec les accessoires.  Evidemment je porte des bijoux de style steampunk, ou bien de véritables bijoux anciens que je collectionne.

Par contre, pour mes tenues « de sortie », j’aime bien avoir un look plus travaillé. Par exemple, pour mon prochain Salon, je me fais faire une tenue assez « histo » afin de coller un peu plus à mon « personnage » de Lady Cataclysm   qui est une  Lady un peu espiègle, aventurière, et collectionneuse compulsive.

Mon costume est évolutif. Je fais faire d’ailleurs des pièces séparées, pas des robes, ce que je conseille vivement! De cette manière, je peux changer le look de ma tenue selon l’occasion.

Je pense qu’une tenue doit pouvoir évoluer, d’une part parce que c’est un investissement et d’autre part, parce qu’ investir à fond perdu, c’est pas trop mon style.

Contrairement à tous les courants « histo » qui font du costume purement historique figé dans le temps, le steampunk est un mouvement en perpétuel mouvement. Et c’est précisément ce qui me plait dans le steampunk. Mes tenues évoluent donc oui …. naturellement !
 
M’habiller en steampunk est devenu tellement une seconde peau pour moi, que je n’y pense plus vraiment.  C’est « mon style » comme disent les gens.
La vérité c’est que je porte de tout ! du Steam, du Goth, du Punk, du Rock, du Victorien, du Hippie, du Pin up , du rockabilly, du 60’s… selon mes humeurs.
 
Mon conseil à un vaporiste débutant ? Surtout de ne pas se brider.  Comme je dis toujours, j’étais Punk avant d’être steampunk. Et le steampunk n’est pas strict , on peut tout à fait l’adapter à son style !
Vous pouvez commencer doucement par apporter des petites touches. Par exemple, porter des gantelets, même l’été ! Jouer sur les petits détails comme la dentelle,  des cols amovibles.  Cela rend bien sur une tenue classique avec veste. Les vêtements de créateurs avec leurs coupes « steam » aussi, apportent une touche de steam sans trop en faire, comme les vestes longues derrière dites » queue de pie » ou les jupes courtes devant et longues derrières. Ces vêtements changent tout de suite une silhouette ! Et puis, il est devenu plus facile de trouver des Tops avec des imprimés steampunk avec l’offre qui devient de plus en plus large.
Le serre Taille et les chaussures sont importants également. Les chaussures plus que tout :  j’ai plusieurs paires, et rien que le fait de les porter modifie ma tenue …
 
En somme, n’hésitez pas à soigner vos accessoires et à privilégier la qualité. Un bon accessoire Steam est encore plus joli quand il a un peu vieilli.

Et vous ? Quel est votre point de vue sur le costume steampunk? Quels sont vos conseils, vos astuces pour réaliser votre costume? Vos commentaires sont les bienvenus à la suite de cet article !

The following two tabs change content below.
Grande fan de Sherlock Holmes et des chats, j'aime chiner et débusquer sur la toile des idées déco, mode et des livres intéressants pour mettre du Steam dans votre quotidien.

Commenter sur Facebook