Le Jules Verne oublié des États-Unis

Oriane G

Texte : Messy Nessy, le 02 septembre 2016

Traduction : Oriane G

reade1

Je viens de passer la matinée à fureter sur le site internet d’une bibliothèque de comics, où j’ai découvert un super héros de l’histoire de la sci-fi américaine qui était tombé aux oubliettes.

Dans la toute première gazette de science-fiction au monde _ les nouvelles à trois francs six sous de Franck Reade _ des hélicoptères et des dirigeables apparaissaient, bien avant ceux de Jules Verne. Tandis que l’auteur français renommé pour ses aventures est toujours considéré comme un auteur majeur de la littérature, qui a déjà entendu parler de Franck Reade ?

reade2

Publiées pendant le boom des fictions cheap du 19ème siècle, sous le pseudonyme « Sans Nom », les épisodes suivaient les péripéties de la famille Reade : Franck Reade, son fils Franck Reade Jr., et son petit-fils Franck Reade III.

Alors que les cinq premières histoires avaient pour vedette Franck Reade Senior, aventurier et inventeur de robots à vapeur, la plupart des autres 184 feuilletons laissaient place à la seconde génération du clan Reade, incarnée par l’adolescent inventeur qui parcourait le globe à bord de ses automobiles électriques.

reade3

Franck Reade Jr était un homme très occupé qui passait son temps à combattre des monstres marins avec ses machines, à découvrir des trésors perdus, ou encore à tuer un nombre impressionnant d’indigènes. Et oui, Franc Reade Jr n’était pas qu’un héros ni qu’un brillant inventeur, il était également un impérialiste sans complexe.

Certes, la part la plus importante des récits était consacrée aux inventions et aux aventures, mais il y régnait un fort climat d’impérialisme et de suprématie blanche. Reade se comportait un peu comme un éléphant dans un magasin de porcelaines : atterrissages en catastrophe en territoire étranger, pour se frayer violemment un chemin entre les tribus natives et finir par revendiquer leurs richesses.

reade4

L’auteur de ses histoires créditées à « Sans Nom » était en fait Luis Senarens, un New-Yorkais de Brookyn, d’origine cubaine. A seize ans, il commença à écrire ces feuilletons. A dix-sept, il reçut une lettre de louanges de Jules Verne en personne. Ainsi, la paire allait passer le reste de leur carrière à se voler mutuellement des idées.

Comme on le sait, il n’y a que Verne qui allait devenir un titan de la science-fiction. Bien sûr, le fait que les histoires de Senarens aient été publiées dans des feuilles de chou ne l’aida pas. Cette forme de littérature populaire était accusée d’encourager un comportement criminel chez les jeunes, de la même manière que les jeux vidéo le sont aujourd’hui.

reade5

reade6

reade7

reade8

reade9

reade10

reade11

reade12

reade13

Aussi destructrices qu’elles soient, les inventions de Reade restent sacrément impressionnantes, fantastiques et, plus d’un siècle après, impossibles.

reade14

Quoi que…

reade15

D’accord, il n’existe malheureusement pas de preuves historiques de machines steampunk. Mais en 2012, un duo d’historiens portés sur le steampunk a ressuscité le personnage de Frank Reade dans un livre. L’histoire de la famille Reade y est racontée sous la forme d’une biographie historique fictive, et alimentée de centaines de montages photo réalisés à partir de l’époque victorienne, dans un style réaliste.

reade16

Vous pouvez découvrir la totalité des séries dans la bibliothèque Franck Reade, sur Comic Book Plus.

The following two tabs change content below.
Auteure de "Noirae" aux éditions Ragage. Pigiste au magazine Elegy. Libraire.

Commenter sur Facebook